INCONTINENCE URINAIRE FEMME

L’incontinence urinaire se traduit par des pertes d’urine involontaire qui imposent parfois le port de protections.

C’est une maladie très fréquente et très gênante car elle a des conséquence importantes sur la vie sociale.

Vous pouvez vous sentir mal à l’aise d’en parler à votre médecin, mais si les fuites d’urines sont fréquentes ou si elles ont un retentissement sur votre vie sociale, il est important de consulter car l’incontinence urinaire peut :

  • avoir un retentissement important sur la qualité de vie
  • révéler une maladie sous jacente plus importante
  • chez la personnes âgée, elle peut être la cause de chute lorsque la patiente doit doit se précipiter vers les toilettes pour uriner.

L’incontinence urinaire par impériosités :

Ceux sont les fuites qui surviennent suite à un besoin urgent d’uriner que l’on ne peut réprimer.

Ce type de fuite d’urine relève le plus souvent d’un traitement médical qui peut être associée à une rééducation pelvi-périnéale.

Lorsque les médicaments ne suffisent pas pour traiter ce type d’incontinence on peut avoir recours à trois type de traitement :

  • La stimulation nerveuse tibiale postérieure
  • La neuromodulation sacrée
  • L’injection de toxine botulinique dans la vessie

Ces deux types d’incontinence sont le plus souvent associées.

Deux types d’incontinence urinaire

L’incontinence urinaire d’effort :
Ceux sont les fuites qui surviennent lors des efforts de toux, d’éternuement, lors du rire, de la marche ou d’une activité sportive.

Le traitement repose sur une rééducation pelvi périnéale, semblale à celle qui est recommandée après l’accouchement.

Lorsque la rééducation ne suffit pas pour corriger ces troubles, on peut proposer une intervention chirurgicale avec mise en place d’une bandelette sous l’uretre par voie vaginale.

MISSION de l'UROLOGUE

L’urologue devra réaliser un bilan comprenant le plus souvent :

  • Un bilan urodynamique
  • Une cystoscopie
  • Une échographie pelvienne
  • Un examen clinique à la recherche d’une cause organique ou d’une descente d’organe associée.