30 août 2023

RETOUR AUX ACTUALITÉS

Le score de Gleason : mesurer le degré d’agressivité du cancer de prostate

Score de Gleason Mesure du degré d'agressivité du cancer de prostate
Pr Aurel Messas

Le score de Gleason permet de déterminer le degré d’agressivité d’un cancer de la prostate. Cette classification se base sur la lecture au microscope de la structure architecturale de la glande prostatique contenue dans les échantillons de tissus prélevés au cours de la biopsie prostatique. Le score de Gleason est un élément très important puisqu’il permet non seulement de déterminer le pronostic, mais aussi de choisir la prise en charge thérapeutique la plus appropriée.

 

Score de Gleason : définition

Le score de Gleason est le système de classification utilisé dans le cancer de la prostate. Il repose sur l’analyse microscopique des cellules tumorales de la glande après une biopsie prostatique.

Le score de Gleason permet de mesurer le degré d’agressivité de la maladie, c’est-à-dire, sa capacité à évoluer et à envahir les structures voisines pour former des métastases. Il s’agit donc d’un élément déterminant pour choisir le meilleur traitement du cancer de la prostate et estimer le pronostic des patients touchés par un cancer de la prostate.

Score de Gleason

 

Méthode de calcul du score de Gleason pour évaluer l’agressivité du cancer de prostate

On calcule le score de Gleason en additionnant deux grades histologiques, allant de 1 à 5, qui correspondent au type de cellules tumorales les plus présentes dans les échantillons de tissus de la biopsie de prostate. En effet, plusieurs types histologiques de cellules tumorales peuvent cohabiter au sein d’une même prostate.

Score de Gleason: les 5 grades

On définit les grades en fonction du degré de différenciation des cellules cancéreuses (leur ressemblance avec les cellules saines) :

  • Grade 1: les cellules cancéreuses sont bien différenciées, elles ressemblent aux cellules saines. Leur présence est régulière et uniforme.
  • Grade 2: les cellules cancéreuses sont aussi bien différenciées, mais leur formation est moins uniforme et plus irrégulière.
  • Grade 3: les cellules cancéreuses sont dites « moyennement différenciées », leur formation est plus variée et elles sont plus dispersées.
  • Grade 4: les cellules cancéreuses sont peu différenciées. Elles forment des glandes très irrégulières ou n’en forment pas. Il y a quand même une agglomération de ces cellules en amas ou cordon.
  • Grade 5: Les cellules cancéreuses sont très peu différenciées, elles ne forment pas de glandes et sont dispersées en structures anormales ou en nappes solides.

Pour obtenir le score de Gleason, les spécialistes additionnent le grade du type de cellules cancéreuses le plus courant et le grade du type de cellules cancéreuses qui présente le grade le plus haut au sein des autres types présents. Le résultat est noté entre parenthèses.

Exemple : un score de Gleason 7 (3 + 4) signifie que le type de cellules tumorales le plus représenté est de grade 3, et que le type présentant le grade le plus haut parmi tous les autres types est de grade 4.

Le score de Gleason peut ainsi aller de 6 (3 + 3) à 10 (5 + 5). Plus le score de Gleason est élevé, plus la maladie est agressive.

  • Si le score de Gleason est de 6 (3 + 3), la tumeur prostatique est peu agressive.
  • Si le score de Gleason est de 7 (3 + 4 ou 4 + 3), il s’agit habituellement d’un cancer de la prostate à risque intermédiaire.
  • Si le score de Gleason est de 8, 9 ou 10, il s’agit d’un cancer de la prostate à risque élevé, très agressif.

 

Score de Gleason et chances de survie

Le score de Gleason fait partie des facteurs pronostiques les plus importants du cancer de la prostate. Cela signifie qu’il permet d’estimer les chances de survie d’un patient selon le degré d’agressivité de la maladie. Généralement, plus celui-ci est élevé, plus le risque de récidive, de localisations secondaires (métastases) et de décès est important.

Mais le pronostic des patients dépend aussi d’autres critères, comme le stade du cancer de la prostate, le taux de PSA (antigène prostatique spécifique) dans le sang, l’âge du patient, son état de santé général, le type de traitements choisis ou la réponse à cette prise en charge thérapeutique.

Test de PSA

 

Pour déterminer le risque tumoral, les spécialistes du cancer combinent le score de Gleason, le dosage du PSA dans le sang et le stade clinique (selon la classification de D’Amico).

  • Si la tumeur prostatique a un score de Gleason 6, de stade T1c ou T2a, et d’un PSA inférieur à 10 ng/mL, celle-ci est à bas risque.
  • SI la tumeur prostatique a un score de Gleason 7, de stade T2b ou T2c, avec un PSA situé entre 10 et 20 ng/mL, la tumeur est à risque intermédiaire.
  • Si la tumeur prostatique a un score de Gleason supérieur à 7, de stade T3, avec un PSA supérieur à 20 ng/mL, il s’agit d’une tumeur à haut risque.

Le score de Gleason fait donc partie des éléments essentiels pour mesurer le niveau d’agressivité d’un cancer de la prostate et choisir le traitement le plus adapté. Il faut toutefois l’interpréter avec l’ensemble des autres facteurs pronostiques et prédictifs pour estimer les chances de survie des patients.

4.2/5 - (20 votes)

Les autres actualités urologiques

Comment garder une prostate en bonne santé ?

Comment garder une prostate en bonne santé ?

La prostate peut être le siège de différents troubles qui peuvent affecter la qualité de vie et la santé des hommes. Heureusement, il existe des moyens simples et naturels pour prendre soin de sa prostate

L’échographie de la prostate : Modalités et intérêts

L’échographie de la prostate : Modalités et intérêts

L’échographie de la prostate est un examen qui permet d’obtenir des images de la glande prostatique et des organes voisins.. Voici comment se passe une échographie de la prostate, et pourquoi réaliser cet examen.

Le protocole de surveillance active du cancer de la prostate

Le protocole de surveillance active du cancer de la prostate

La surveillance active est une stratégie de prise en charge du cancer de la prostate qui consiste à suivre régulièrement l’évolution de la maladie par des examens cliniques et biologiques, sans intervenir tant que le cancer ne montre pas de signes de progression.

VOIR TOUTES LES ACTUALITÉS