10 mai 2023

RETOUR AUX ACTUALITÉS

Les facteurs de risque et examens du diagnostic de la sténose urétrale

Le diagnostic de la stenose uretrale
Pr Aurel Messas

La sténose urétrale est un rétrécissement de l’urètre, le canal qui permet d’évacuer l’urine de la vessie vers l’extérieur du corps. Elle peut provoquer des symptômes urinaires gênants comme une diminution du jet urinaire, des infections urinaires fréquentes ou des douleurs. Mais comment diagnostiquer une sténose urétrale ? Quels sont les examens à réaliser et les populations à risque ?

Les causes et facteurs de risque de la sténose urétrale

La sténose urétrale peut avoir plusieurs origines :

Cause possible de la sténose urétrale: l’origine congénitale

Certaines personnes naissent avec un rétrécissement de l’urètre ou une malformation comme l’hypospade (anomalie du méat urinaire). Elle représente un nombre infime de cas, et l’affection se manifeste souvent dès l’enfance avec des difficultés à uriner ou des infections.

Cause possible de la sténose urétrale: l’origine infectieuse

Les infections urinaires ou les infections sexuelles transmissibles (IST), notamment la chlamydia et la gonorrhée, sont susceptibles de provoquer une inflammation et une cicatrisation de l’urètre. Les infections urinaires peuvent être favorisées par un obstacle à l’écoulement des urines, comme un adénome de la prostate ou un calcul.

schema stenose uretrale 

Cause possible de la sténose urétrale: l’origine traumatique

Un choc au niveau du périnée, un geste chirurgical endoscopique (comme une résection prostatique), un sondage vésical ou une lithotritie extracorporelle (traitement des calculs rénaux) peuvent parfois provoquer des lésions au niveau de l’urètre et favoriser la formation d’une sténose. Ces causes sont plus fréquentes chez les hommes âgés ou chez ceux qui ont subi des actes chirurgicaux invasifs.

Cause possible de la sténose urétrale: l’origine inflammatoire

Des pathologies telles que le lichen scléro-atrophique, une maladie dermatologique qui touche la peau et les muqueuses génitales, peut entraîner un rétrécissement progressif de l’urètre. Cette maladie est plus courante chez les patients non circoncis et peut s’accompagner d’autres symptômes comme des démangeaisons ou des plaques blanchâtres.

Concernant les facteurs de risque de la sténose urétrale, ils sont principalement liés au sexe masculin, à l’âge, aux antécédents de traumatismes, de malformation ou d’infection. On estime qu’environ 0,5 % des hommes sont touchés par une sténose urétrale.

 

Quels sont les examens du diagnostic de la sténose urétrale ?

Le diagnostic de sténose urétrale repose sur plusieurs examens :

La consultation avec examen clinique

Il s’agit de la première étape du diagnostic de sténose urétrale. Elle permet d’évaluer les symptômes du patient, ses antécédents médicaux, son état de santé général, et de réaliser un examen clinique avec toucher rectal pour évaluer la glande prostatique. Les signes évocateurs d’une sténose (méat rétractile, jet urinaire faible ou saccadé, globe vésical, infection) sont aussi recherchés.

Consultation stenose uretrale 

 

La débitmétrie

Il s’agit d’un examen non invasif qui mesure le débit et le volume de l’urine lors d’une miction. Il permet de détecter une diminution du jet urinaire qui peut être liée à une sténose. Un débit inférieur à 10 ml/s est considéré comme anormal. Le débitmètre permet également de calculer le quotient résiduel (le rapport entre le résidu post-mictionnel et le volume mictionnel) qui peut être augmenté en cas d’obstacle urinaire.

 

L’échographie vésico-prostatique

Elle permet de visualiser la vessie, la prostate et l’urètre grâce aux ultrasons. Elle permet notamment de mesurer le résidu post-mictionnel (la quantité d’urine restant dans la vessie après avoir uriné) qui peut augmenter en cas de sténose. On l’utilise également pour rechercher des anomalies associées comme un adénome de la prostate, un diverticule vésical ou des calculs urinaires. Toutefois, son recours dans cette indication est plutôt rare et réservé aux sténoses d’origine traumatique.

Consultez également notre article sur l’échographie de la prostate

 

L’urétrocystographie rétrograde et mictionnelle (UCRM)

Cet examen d’imagerie médicale consiste à injecter un produit de contraste dans l’urètre par un cathéter puis à réaliser des clichés pendant que le patient urine. Il permet de visualiser le trajet et le calibre de l’urètre et la présence éventuelle d’une sténose, et d’évaluer la fonction vésicale et la pression intravésicale pendant la miction.

uretrocystographie retrograde

L’urétrocystoscopie

Cet examen consiste à introduire une petite caméra dans l’urètre pour voir directement sa paroi interne. Il permet au spécialiste d’évaluer avec précision la longueur, le diamètre et la localisation de la sténose urétrale ainsi que son aspect histologique. On peut également recourir à cet examen pour réaliser des prélèvements biopsies ou des gestes thérapeutiques (incision, dilatation…).

Ces examens permettent de confirmer le diagnostic de sténose urétrale et d’en connaître les caractéristiques. Ces éléments sont indispensables pour orienter le choix de traitement le plus adapté à chaque patient.

Avant de confirmer le diagnostic de sténose urétrale, l’urologue doit aussi écarter d’autres causes possibles liées aux troubles urinaires chez l’homme.

On peut notamment citer :

  • une hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) ou adénome de prostate, qui correspond à une augmentation du volume de la glande prostatique entraînant une compression de l’urètre ;
  • un cancer de la prostate, une tumeur maligne qui se développe à partir des cellules prostatiques et qui peut aussi obstruer l’urètre ;
  • une prostatite chronique, une inflammation persistante de la prostate qui peut provoquer des douleurs et des difficultés à uriner.

 

Ces affections nécessitent des examens spécifiques pour être diagnostiquées et traitées. Il est donc important de consulter un spécialiste en présence de troubles urinaires inhabituels ou persistants.

4/5 - (14 votes)

Les autres actualités urologiques

Prise en charge du cancer de prostate de stade 4

Prise en charge du cancer de prostate de stade 4

Le cancer avancé de la prostate est une phase où la maladie a dépassé les limites de la glande prostatique et peut affecter d’autres parties du corps. Les progrès constants dans les options de traitement et une approche personnalisée de la prise en charge offrent des perspectives prometteuses pour améliorer la survie du cancer de la prostate et la qualité de vie des patients.

L’avis du patient dans le plan de traitement des maladies urologiques

L’avis du patient dans le plan de traitement des maladies urologiques

Vous venez de recevoir un diagnostic de cancer ou vous êtes en plein traitement ? Il est dans votre droit de solliciter un deuxième avis médical. Cela ne remet pas en question les recommandations de votre équipe soignante actuelle, mais cet avis supplémentaire peut vous aider à explorer d’autres options de traitement, peut-être plus adaptées à votre situation.

Comment garder une prostate en bonne santé ?

Comment garder une prostate en bonne santé ?

La prostate peut être le siège de différents troubles qui peuvent affecter la qualité de vie et la santé des hommes. Heureusement, il existe des moyens simples et naturels pour prendre soin de sa prostate

L’échographie de la prostate : Modalités et intérêts

L’échographie de la prostate : Modalités et intérêts

L’échographie de la prostate est un examen qui permet d’obtenir des images de la glande prostatique et des organes voisins.. Voici comment se passe une échographie de la prostate, et pourquoi réaliser cet examen.

Le protocole de surveillance active du cancer de la prostate

Le protocole de surveillance active du cancer de la prostate

La surveillance active est une stratégie de prise en charge du cancer de la prostate qui consiste à suivre régulièrement l’évolution de la maladie par des examens cliniques et biologiques, sans intervenir tant que le cancer ne montre pas de signes de progression.

VOIR TOUTES LES ACTUALITÉS